Civitas PDF

A military diploma, or certificate of successful military service, granting citizenship to a civitas PDF soldier and the dependents he had with him at the time. The key phrase is “est civitas eis data” where civitas means citizenship.


Författare: Enrico Farina.

Civitas is an abstract formed from civis. Civitas was a popular and widely used word in ancient Rome, with reflexes in modern times. As the empire grew, inhabitants of the outlying Roman provinces would either be classed as dediticii, meaning “capitulants”, or be treated as client kingdoms with some independence guaranteed through treaties. Prestigious and economically important settlements such as Massilia and Messana are examples of occupied regions granted semi-autonomy during the Roman Republic. During the later empire, the term was applied not only to friendly native tribes and their towns but also to local government divisions in peaceful provinces that carried out civil administration. Land destined to become a civitas was officially divided up, some being granted to the locals and some being owned by the civil government.

Defensive measures were limited at the civitates, rarely more than palisaded earthworks in times of trouble, if even that. Towards the end of the empire, the civitates’ own local militias, led by a decurion, likely served as the only defensive force in outlying Romanised areas threatened by barbarians. Certain civitates groups survived as distinct tribal groupings even beyond the fall of the Roman Empire, particularly in Britain and northern Spain. A Dictionary of Greek and Roman Antiquities. The world of the citizen in republican Rome. Berkeley and Los Angeles: University of California Press.

Origins: A Short Etymological Dictionary of Modern English. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Un diplôme militaire, ou un certificat de service militaire réussi, donnant la citoyenneté à un soldat qui partait à la retraite et aux personnes à sa charge qui l’accompagnaient à l’époque. La phrase clé est est civitas eis data où civitas signifie citoyenneté. Sur le terme civitas, employé par Pline l’Ancien, il ne peut y avoir de doute.

Il peut alors être traduit par  citoyenneté . Civitas peut aussi signifier les droits juridiques et politiques liés à ce statut de citoyen et être traduit par  droit de cité . Par extension, civitas peut signifier le  territoire  occupé par une communauté de citoyens. Par extension, il peut encore désigner la ville principale, la capitale de ce territoire ou de cette communauté. La quasi-totalité du territoire fut divisée en civitas qui constituait l’unité territoriale de base de l’Empire. Autour de la mer Méditerranée, ce modèle était déjà largement répandu. Romains ont fondé des villes-centres comme capitales des unités territoriales locales.

La surface des civitates – unités territoriales – est donc très variée. Dans les zones fortement urbanisées, elles sont très nombreuses et leur territoire fort réduit. La civitas – unité politique et administrative – avait une large autonomie. Après la disparition de l’Empire romain, les civitates restèrent des divisions territoriales dans les royaumes francs et furent souvent reprises comme limites des diocèses et des comtés. L’Église organisa ses évêchés dans le cadre de la civitas. En France, les limites des civitates ont été globalement conservées par les diocèses de l’Ancien Régime. René Cagnat in Étude sur les cités romaines de la Tunisie, dans le Journal des Savants, année 1896, p.

Charles Rostaing, Les Noms de lieux, PUF, Paris, 1945, p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 5 février 2019 à 02:00. Der Titel dieses Artikels ist mehrdeutig. Wort für eine halbautonome Verwaltungseinheit der mittleren Ebene. Die civitates bestanden stets aus einem städtischen Zentrum nebst Umland und wurden meistens nach ihrem Hauptort oder dem zugehörigen Stamm benannt. Romana, also das römische Bürgerrecht, das schließlich 212 n.